Logo castel Chevron down

Des hommes & des femmes

3 générations

Entreprise, famille. chez nous les deux s’entremêlent depuis toujours ; aujourd’hui sans doute plus que jamais. Les Châteaux & Domaines Castel, ce sont trois générations qui travaillent main dans la main. La première, celle de Pierre Castel, veille au respect des valeurs fondatrices de l’entreprise. La seconde, avec Alain et Philippe Castel, définit les orientations stratégiques à tous les niveaux des propriétés. Enfin, la troisième poursuit l’aventure ; Sophie Castel et Verena Raoux assurant les relations extérieures, Alexis Raoux, la stratégie de développement durable. Une façon de garder intacte la flamme qui nous anime depuis toujours, mais surtout de faire vivre, avec respect et audace, toutes ces propriétés.

PERSONNALITÉS

Chez Castel, la famille s’entend au sens large. L’équipe technique qui s’investit à nos côtés en fait bien entendu partie. Pour les dix-neuf Châteaux & Domaines Castel, ce sont neuf régisseurs qui oeuvrent chaque jour. Si certains se consacrent à plusieurs propriétés, d’autres ne mettent leur talent qu’au service d’une seule. Pour nous, il n’y a pas de règle en la matière ; seules comptent la connaissance des terroirs et la passion. Une équipe à l’image de notre collection de propriétés, où le respect du caractère de chacun sert une ambition commune.

TALENTS

Les Châteaux & Domaines Castel, c’est une aventure faite de diversité. Diversité des propriétés,des personnalités qui y travaillent, mais aussi des talents que nous allons chercher pour les accompagner. Aux côtés des régisseurs, plusieurs oenologues conseil mettent leurs savoir-faire au service de nos propriétés. Nous entourer de ces experts, c’est notre façon de rappeler notre humilité face au travail de la vigne et du vin. Et parce que ce travail demande du temps, ces collaborations s’inscrivent toujours dans la durée, millésime après millésime.

Interviews

Sophie Castel
Véréna Raoux
Gérard Basset
Sophie Palatsi
Entretien avec Sophie Castel,
Jurat de Saint-Émilion

Quand avez-vous rejoint la Jurade ?

J’ai été intronisée Jurat en septembre 2016. Si en tant que responsable des relations extérieures des Châteaux et Domaines Castel, et donc du Château Montlabert, j’ai l’habitude de représenter les différentes propriétés familiales, j’ai pris cette intronisation très au sérieux. Au-delà de la robe, qui donne un caractère solennel à ce moment, j’ai prêté serment de fidélité à Saint-Émilion.

Qu’avez-vous ressenti lors de votre intronisation ?

J’ai vraiment été saisie par l’importance de la transmission au sein de la Jurade. Que ce soit entre les générations, afin de continuer de porter ses valeurs ; ou pour partager les vins de Saint-Émilion avec le grand public, j’ai senti que j’avais désormais un rôle à jouer.

Le vin était-il une vocation ?

Au départ pas vraiment. Bien-sûr, avec ma famille je baigne dans cet univers depuis ma plus tendre enfance, mais après mon bac je voulais d’abord devenir médecin légiste. C’est seulement après des études de commerce en Angleterre, puis des expériences dans le tourisme et l’hôtellerie en Espagne, que j’ai compris que les métiers de l’art de vivre étaient ma vocation. Amoureuse de la gastronomie et de la sommellerie, je ne pouvais pas rêver mieux que de représenter les différentes propriétés familiales.
Entretien avec Véréna Raoux,
membre de la Commanderie du Bontemps et de l’Unions des Grands Crus de Bordeaux

Comment avez-vous rejoint ces prestigieuses associations?

En tant qu’ambassadrice des Châteaux & Domaines Castel, j’ai pour mission de représenter l’ensemble des propriétés familiales, dont le Château d’Arcins et le Château Ferrande. Il se trouve que l’une et l’autre sont membres de la Commanderie du Bontemps, mais aussi de l’Union des Grands Crus en ce qui concerne Ferrande. C’est associations ayant pour objectif de promouvoir les vins et les terroirs, elles ont besoin de forces vives pour mener à bien leurs actions et je suis très fière de m’y investir.

Justement, en quoi consiste vos activités au sein de ces cercles ?

L’idée générale est toujours la même : contribuer de manière significative à la notoriété et à l’image des Grands Vins de Bordeaux. Notre objectif commun étant d’aider les professionnels du monde entier, de la presse et de la distribution à mieux connaître nos vins et les viticulteurs qui les créent, avec la conviction que l’engagement collectif sert à chacun d’entre nous.

C’est aussi une reconnaissance pour ces propriétés ?

C’est d’abord une responsabilité ! Être reconnus parmi les meilleurs ambassadeurs de notre région nous engage. Ensuite, c’est bien-sûr une véritable reconnaissance de l’investissement de nos propriétés en matière de qualité. Enfin, c’est aussi une chance, car participer activement aux actions menées par ces associations est un formidable outil de promotion de nos vins, même si nous ne l’exploitons sans doute pas encore assez bien.
Entretien avec Gérard Basset,
Meilleur sommelier du monde en 2010

Parmi tous les vins issus des propriétés familiales Castel, quels ont été vos coups de cœur et pourquoi ?

Château Montlabert 2009, sans aucun doute. J’ai dégusté ce vin à l’été
2016, alors que mon épouse avait préparé sa spécialité : un carré d’agneau rôti légèrement caramélisé accompagné de légumes au four. Sa panoplie d’arômes, marquée par les fruits noirs et les épices, et son palais harmonieux aux tannins ronds, ont apporté une belle touche veloutée à notre dîner. Un moment délicieux !

Comment êtes-vous devenu « parrain » de la 3ème édition de la « Châteaux & Domaines Castel Young European Sommeliers Cup » ?

Pour moi, il est vital de supporter la jeunesse et le renouveau de
notre profession. Résidant en Angleterre où se tenait le concours, il était normal que je consacre du temps à ce bel événement de sommellerie. J’y ai pris énormément de plaisir et je remercie Castel pour leur engagement.

Aujourd’hui si vous deviez décrire CASTEL en quelques mots, que diriez-vous ?

Un groupe viticole français important mais surtout audacieux !
Entretien avec Sophie Palatsi,
Domaine de la Clapière

Comment s’est faite votre rencontre avec le Domaine de la Clapière ?

J’ai toujours baigné dans le monde du vin, passion qui m’a été transmise par ma famille. En effet, il se trouve que mon grand-père est un des fondateurs de l’entreprise Castel et que j’y travaille depuis plus de quinze ans. En 2006, alors que mon mari et moi étions à la recherche d’une propriété viticole à reprendre et où nous installer dans le Languedoc, j’ai découvert le Domaine de la Clapière. Ce projet nous tenait à coeur depuis longtemps, mais c’est la Clapière qui nous a fait sauter le pas. Le charme du lieu, le potentiel du vignoble, l’histoire de la propriété. nous sommes littéralement tombés amoureux !

Qu’est ce qui rend cette propriété si particulière au sein des Châteaux & Domaines Castel ?

Si c’est la seule propriété familiale en Languedoc, elle bénéficie surtout d’un vignoble qui est une représentation parfaite de la richesse de ce terroir. Au Domaine de La Clapière, les terrasses alluviales qui mêlent zones graveleuses filtrantes et roches affleurantes, offrent des possibilités d’encépagement extraordinaires ! D’ailleurs, nous avons créé une parcelle que nous appelons le centre d’interprétation de la vigne. l s’agit d’un hectare 100% dédié à l’implantation de nouveaux cépages. Un vrai laboratoire à ciel ouvert qui nous a permis de faire beaucoup progresser la propriété. Aujourd’hui, nous produisons sept vins révélant chacun leur caractère, que ce soit en rouge en blanc ou en rosé.

Que signifie l’expression « l’Art de se retrouver » par laquelle vous définissez l’esprit de la Clapière ?

L’Art de se Retrouver signifie beaucoup pour nous. Il y a d’abord la convivialité que nous voulons affirmer dans nos vins. Des vins « plaisir », qui racontent une histoire empreinte de charme et de fraîcheur. Il y aussi l’évocation de l’environnement exceptionnel de la propriété qui, au milieu des 63 hectares de vignes, de blé, d’oliviers et de forêts, révèle une bastide typique entourée d’un parc d’arbres centenaires. Un lieu où nous vivons en famille, où nous recevons nos proches, et où nous avons également créé une maison d’hôtes. Enfin, l’Art de se retrouver évoque l’idée d’un retour aux sources dans la façon de faire du vin. Une démarche d’écoute et de respect du terroir, que nous mettons en oeuvre avec Terra Vitis.

Suivez nos actualités